Par une journée d’été

Il y a une année une journée d’été,
je marchais seul sur un sentier
qui faisait le tour de la terre
l’unique endroit sans l’enfer
ce chemin n’avait pas de fin
à part les arbres n’y avait rien
et je me suis réveillé
je suis sorti de l’imaginaire

je me suis rendu compte
que j’avais rêvé à mes pieds se trouvait ma mère
j’avais voyagé volé par-dessus
monts et vallées mais tout s’était arrêté

arrivé à l’école je ne pouvais pas travailler
j’en avais ras le bol d’écrire des dictées
je ne pensais qu’à la liberté
mais six mois après je suis parti à « Marrakech »
au début ça m’a fait penser à ce que j’avais rêvé

mais je me suis trompé c’était la pauvreté
j’ai trop d’imagination
et j’ai des illusions.

Mais bientôt un processus d’élimination
va me faire oublier tout ce que j’ai rêvé
J’ai de la grandeur

2004

<- Tombé des cieux Le soleil tape fort ->