Le bruit de mes pas

Le bruit de mes pas seuls, sonne sur le sol
il dicte mes mots, contrôle mes pensées
J’ai besoin d’écrire, de dire, de graver sur papier
Me vider d’un seul souffle, laisser courir mes idées folles
et c’est des songes de jeunesse, des rêves d’adolescent
sans sentiments non sincères, sentant une sensation dans l’air
juste un regard un moment
immédiat et spontanément
je profite de l’instant
qui m’attire me repoussant
du mal et des amours, plus déçus que déchus
j’ai peu vécu mais j’ai à dire
et mérite d’être entendu
un texte dédié à tous ceux qui gâchent leur
vie ont choisi la facilité sans s’opposer à leurs soucis
(vivre avec et s’habituer n’est pas une solution) car les rêves abandonnés
reviennent à la charge, et chargent de regrets ta rage restée en marge
le courage de dire non et de bouger n’est pas inné
regardez autour de vous! la preuve est sous votre nez
trop long, hypocrite avec son reflet
un Pinocchio, morbide encore marionnette un jouet
contrôlé par cette même vieille normalité
qui joue avec nos vies tel les pions sur un damier
une routine devenue dictature une norme devenue seule voie
où ta vraie nature est cachée sous un voile de loi
ma foi, de règles à respecter qui ravivent avec plaisir le feu de la stupidité
qui n’est pas humaine, ou au départ du moins
une race contrôlée par une main
Une main dirigée par cette même masse
où l’individu unique, a perdu sa place
Fourmilière, vide de sens, où chacun doit se taire
où de simples préjugés peuvent foutre ta vie en l’air
que faut-il de plus? pour vous ouvrir les yeux?
que faut-il de plus pour leur foutre le feu
la prise de conscience est une science acquise avec patience
mise, vise, car qui l’a maitrisée a dicté sa chance

26.11.09

<- Apprendre Fausse liberté ->