Le texte

Un crayon et une feuille, laisser couler les mots
Tout sortir tout recracher, se vider de tous ses maux
Prendre conscience de son chemin de son parcours de ses erreurs
Qui font de moi ce que je suis et qui dicteront mes peurs
Rien cacher et tout dire pour peut-être le regretter
Mais non…dévoiler ses pensées n’a jamais tué!

L’utopie de la certitude du jour où on agira
Le temps viendra où dans le désert une graine poussera
On sera sûrement oubliés, nous les premiers, nous les pionniers
Mais peu importe la r’connaissance on veut des rêves réalisés
Si je suis né c’n’est pas sans but et ma mort aura une raison
C’est sans orgueil ni compassion que jusqu’au bout je dirai: non
A la monotonie, à la routine, aux faux amis
A tout c’qui fait de nous des porcs, il nous faut loucher sur nos vies
Réaliser qu’on a d’la chance, que notre place est idéale
Qu’on baigne dans un rêve les gars et qu’on n’aura jamais que dalle
Combien de nos concitoyens sont r’croquevillés sur leurs corvées
Sans importances, insignifiantes, alors que certains doivent supporter
La douleur tous les jours,
Le manque, la souffrance des espoirs sans retour
Et nous, là au milieu, on se plaint, on fait plein et on fait l’plein de futilités
Un pain quotidien qui nous corrompt, qui nous pourrit
C’est trop facile de faire semblant d’avoir compris tous leurs soucis
Et merde! Je dois m’lever tôt d’main matin,
Et merde je dois aller acheter du pain!

Déc 2009

<- La réalité Lassitude ->